"Le Renouveau des Saules ?" : la parole est aux habitants

La rénovation urbaine devrait s'accompagner d'une rénovation sociale. C'est du moins l'un des grands fils rouges du liv...



La rénovation urbaine devrait s'accompagner d'une rénovation sociale. C'est du moins l'un des grands fils rouges du livre témoignage "Le renouveau des Saules", de l'association Ecritures, sur le quartier des Aviateurs de la ville d'Orly en région parisienne.

Quand 27 habitants livrent leurs réflexions sur la rénovation urbaine et les transformations de leur "nouveau quartier", ils partagent critiques mais surtout initiatives citoyennes pour un meilleur vivre ensemble.

L'ouvrage, préfacé par Laurent Desmard, président de la Fondation Abbé Pierre et postfacé par Olivier Klein, président de l'Agence Nationale pour la Rénovation Urbaine (Anru) et maire de Clichy-sous-Bois, aura nécessité par moins de 2 ans de travail en immersion sur le terrain.



Ludovic Bruneaux, de l'association Ecritures, nous explique, ci-dessous la genèse et la philosophie du projet. Celui "qui est de ceux qui préfèrent parler des trains qui arrivent à l'heure", base son travail sur la rencontre et l'échange. Sans angélisme toutefois.

En doublant le livre d'une exposition, il entend faire voyager la parole des habitants pour en faire un outil de dialogue, expliquait-il le 25 janvier dernier lors de la soirée de présentation du livre aux habitants. Une présentation doublée d'une exposition de photos et d'extraits.




"La première famille c'est les voisins"

Un esprit village animait autrefois le quartier. Un esprit qui s'est étiolé avec la rénovation urbaine, le depart de certains habitants, l'arrivée de nouveaux. Et c'est cet esprit qui est aujourd'hui à reconstruire, sur la base d'une mémoire collective.

"L'idée était de garder une trace aussi bien au niveau architectural qu'une trace humaine (...) Quand la ville se transforme, déplace les gens, ils perdent leurs repères, leurs amis (...)", estimait, entre autres, Azzedine Zoghbi que Ludovic Bruneaux décrit comme son "mentor" quant aux projets qu'il a pu mener sur la ville.




Paroles libres, mais constructives

"Le projet m'a donné l'occasion de parler librement", expliquait pour sa part Cyril, un des protagonistes du livre.

"Je pouvais passer par quelqu'un, qui n'est pas un Orlysien (...) qui cherchait juste à transmettre notre parole. Je savais que ce que j'allais lui dire il allait le retranscrire comme tel, et c'est ce qui c'est passé", poursuit-il quant au pourquoi il a accepté de participer au projet.
 
"Cela ne prête pas à conséquence autre que pour un Orlysien de dire comment il voit Orly et peut être permettre à d'autres personnes de le faire".




La solidarité est une responsabilité individuelle et collective

"On a besoin d'un nouveau souffle de vie", estime pour sa part Aurélie, présente à la soirée et membre d'une amicale de locataires. Elle déplore "la méfiance" dans le quartier, ce qui favorise moins l'entraide et l'ouverture d'esprit.
 
Elle explique oeuvrer, à son niveau, pour "faire renaître" ce qu'elle a connu quand elle était petite. "J'ai grandi dans cet esprit là, où tout le monde élevait les gosses de tout le monde. On était tous solidaires les uns des autres". 

Et le projet du livre et de l'exposition, pour elles, "va dans ce sens là". En réaction à l'exposition, Aurélie note que "dans notre coin on ressent tous un peu la même chose, sans se l'avouer vraiment, et on recherche tous la même chose sans se le dire vraiment".



Un livre pour transmettre une mémoire

"Quand le bâti disparait, la mémoire disparait, et le livre va rester comme une trace qui va permettre aux gens de continuer à se parler à échanger, à perpétuer cette mémoire, c'est-à-dire à la transmettre", partage Azzedine Zoghbi. 

"Ce qui m'a touché c'est le récit des gens (...) Ils sont sincères, ils sont authentiques (...) Ils vous confient une partie de leur vie, (...) ça veut dire qu'ils vous font confiance. Ils vous ouvrent leur porte, leur coeur et leur mémoire et c'est ce qui m'intéresse dans le livre."


NB : les interviews ci-dessus ont toutes été réalisées par 3 jeunes Orlysiennes ayant participé au livre et formées, pour l'événement, à la captation vidéo par l'association Ecritures.

 


La soirée de restitution s'est finalement achevée dans un grand repas convivial, concocté par l'association "Les femmes de la Sablière".


Pour contacter l'association Ecritures : ecritures106@gmail.com

Related

Secteur Promotion des Habitants 2044995379419367047

Publier un commentaire

emo-but-icon

Rechercher dans ce blog

Les acteurs de terrain soutenus par la Fondation Abbé Pierre

Des contenus à partager

Les plus consultés

Découvrez le Secteur Promotion des Habitants

item