Slams sous la lune : rempart contre l’ignorance

Des slams sur le djihad, l'esprit scientifique et le féminin dans l'Islam écrits et déclamés par des enfants de 11 à 14 ans. C’...



Des slams sur le djihad, l'esprit scientifique et le féminin dans l'Islam écrits et déclamés par des enfants de 11 à 14 ans. C’est le tour de force réussi par le projet « Slams sous la lune », dont le film sera diffusé en juin prochain Sur Public Sénat. Découverte d’une approche artistique et pédagogique du fait religieux.

« Le projet est né après les premiers attentats en France », explique Armand Bernardi, auteur-réalisateur du documentaire. « Je travaille sur l’Islam depuis un moment déjà (il a un livre à paraître cette année sur le sujet, ndlr).

Tout le monde parlait de déradicalisation, les médias s’interrogeaient sur ce qui se dit dans les familles musulmanes.

Je me suis dit que le mieux c’était de prendre des enfants de 11 à 14 ans (une douzaine, ndlr), de les faire parler sur certains thèmes, puis d’enrichir leurs connaissances historiques et philosophiques de l’Islam.

Ensuite de les amener à élaborer des slams et les enregistrer en studio ».



« Slams sous la lune » est le fruit d'un projet de 3 ans mené à Bonneuil-sur-Marne et à Créteil.

Un film retraçant l’aventure sera diffusé en juin prochain sur Public Sénat et donnera lieu à une projection débat.

Armand Bernardi nous explique ci-dessous sa méthodologie, basée sur une technique « initiatique » où « il faut d’abord laisser cracher le venin (...) que les enfants disent tout ce qu'ils ont sur le coeur » avant d’entrer dans l’analyse, puis l’élaboration des textes.

Au-delà de la qualité des créations, il estime que "ce qui est magnifique et tout ce qui c'est passé dans leur tête durant 4 à 5 mois.

Un enfant qui a pigé le djihad, c'est-à-dire le combat intérieur, il ne suivra pas un recruteur comme ça (...) C'est une goutte d'eau mais ça marche."





C'est à Bonneuil-sur-Marne que le projet a initialement posé ses bagages. Un projet délicat qui a pu voir le jour grâce à l'implication du centre social Léo Lagrange de Bonneuil et de sa directrice Sylvie Forestier.

Sensible à cette approche constructive et structurante du fait religieux, la Fondation Abbé Pierre a décidé, à son tour, d'apporter son soutien à l'initiative.

Non seulement pour qu'elle se poursuive, mais aussi pour qu'elle se développe dans d'autres villes.
 
Découvrez ci-dessous le slam écrit par les enfants sur le djihad.
 



Avec l’approbation des parents

C’est avec l’approbation des parents que le projet a pu se développer sereinement. S’ils ont sur faire confiance à l’équipe, ils s’estiment heureux du résultat et de l’approche pédagogique de l’action.

Face à des questions qu’ils n’abordent pas eux-mêmes, par manque de disponibilité ou de connaissances, avec leurs enfants, ils sont reconnaissants du travail de conscientisation effectué, dans l’intérêt de leurs enfants.


"Tous les bons souvenirs sont liés à la joie qu'ont les enfants d'aborder des choses transcendantes"

"Parce que quand on est enfant on a envie de croire aux étoiles et que là ils ont la possibilité de l'exprimer de façon intelligente.

On voit dans le film comment s'élabore un texte, par exemple, sur le féminin, les enfants sont passés par l'expression 'l'habit ne fait pas le moine' pour arriver à : 'Le voile ne fait pas l'islam'.

C'est-à-dire que ça n'est pas parce qu'on est voilée qu'on est une bonne musulmane.

Ils ont même utilisé, sans le savoir, des notions chrétiennes. Comme 'Pardonne leur (Allah) ils (les djihadistes) ne savent pas ce qu'ils font'. Mais personne ne leur a dit que ça venait directement des évangiles", précise M. Bernardi.



Ci-dessous un extrait d'une séance de travail avec les enfants :




"L’accomplissement serait de faire des émules"

" J'ai fait le film parce que je veux que le concept se développe ailleurs.

L'accomplissement serait de créer des émules que les gens se disent : "moi aussi je peux le faire, dans mon quartier (...)

Il faut à chaque fois trouver 2 animateurs, un pour balancer le fond intelligemment, l'autre pour aider à mettre en forme."



Slams sous la lune
Un projet porté par l'association "APRES LA PLUIE, LE…" site : http://www.apreslapluie.net ; apreslap@gmail.com
Equipe :
  • Armand Bernardi :, réalisateur, auteur-réalisateur du documentaire "Slams sous la lune".
  • Isabelle Guiard, co-animatrice des ateliers, auteure-compositeure-interprète.
  • Faker Korchane, co-animateur des ateliers, professeur de philosophie.
  • Laurence Milon, productrice La Huit Productions : laurence.milon@lahuit.fr
  • Claudie le Bissonnais, déléguée régionale du dispositif Passeurs d’images à Arcadi-Ile-de-France
Un projet co financé par la Fondation Abbé Pierre.





Related

Slams sous la lune 5583235957381220417

Publier un commentaire

emo-but-icon

Rechercher dans ce blog

Les acteurs de terrain soutenus par la Fondation Abbé Pierre

Des contenus à partager

Les plus consultés

Découvrez le Secteur Promotion des Habitants

item