Nous sommes toutes des reines ont les honneurs du journal La Provence

Pour vous, c'est juste une robe bleue. Une robe de marquise, un peu déjantée peut-être. Pour Diane, ce vêtement qu'elle a cou...


Pour vous, c'est juste une robe bleue. Une robe de marquise, un peu déjantée peut-être. Pour Diane, ce vêtement qu'elle a cousu elle-même, "c'est une blessure qui se referme, 46 ans après". Le souvenir d'une autre robe, blanche celle-là, que sa mère avait refusé de lui voir porter, parce qu'elle était enceinte avant son mariage. "Elle m'a rejetée pour ça."

Sur scène, Diane, 62 ans, recoud sa vie. Point après point. Elle s'est choisi, comme nom de scène, celui d'Olympe de Bourges : en hommage à l'icône féministe, bien sûr, mais aussi en petit tacle au carcan de son milieu maternel. Elles sont dix-huit sur scène, à s'être ainsi libérées, réinventées. 
Habitantes des 14e et 15e arrondissements, ces mères, ces grands-mères de condition souvent modeste, ont été réunies par Carole Errante, metteur en scène de la compagnie La Criatura, autour d'un projet : Nous sommes toutes des reines, un spectacle de music-hall, à la fois féministe, punchy, aussi drôle que bouleversant.

Des "dames" de 35 à 72 ans

Revenons en arrière. En 2014, Carole Errante travaille, avec des comédiens professionnels, sur Le Cas Blanche Neige, d'Howard Barker, qu'elle veut jouer à La Minoterie en avril 2016. Cette pièce au verbe cru explore le passage de l'enfance à l'âge adulte, sexué. 
"Le genre, le corps des femmes, l'identité" sont des thèmes familiers de son travail, ancré depuis 20 ans au nord de Marseille. "En parallèle, j'ai eu envie d'associer les femmes des quartiers à ces questionnements. J'ai convaincu le théâtre du Merlan de nous suivre." ... 




Related

Nous sommes toutes des reines 7643669261581946527

Enregistrer un commentaire

emo-but-icon

Rechercher dans ce blog

Les acteurs de terrain soutenus par la Fondation Abbé Pierre

Des contenus à partager

Les plus consultés

Découvrez le Secteur Promotion des Habitants

item